Que signifie le capital social libéré d’une société ?

D’après le responsable des investissements au sein de la société de gestion A Plus Finance, le capital social, c’est l’ensemble des participations, apportés à une société lors de sa création. Souvent, librement déterminés par les actionnaires ou les associés, il peut aussi être d’un minimum légal obligatoire qui est d’un euro. Toutefois, ce minimum légal varie selon le type de l’entreprise.

Qu’est-ce que le capital libéré ?

Selon les professionnels travaillant au sein de la société de gestion indépendante A Plus Finance, la somme que les actionnaires se sont engagés à apporter à l’entreprise, constitue le capital social souscrit. Un capital est appelé social libéré lorsque les associés ont bien versé la somme promise dans le compte bancaire de l’entreprise. Les actionnaires peuvent verser ce montant à plusieurs fois, par conséquent la libération du capital social sera partielle.
Dans le cas d’une société de type SARL, les actionnaires doivent libérer au moins 20 % du capital durant la constitution de l’entreprise et ils ont 5 ans pour libérer le reste du solde. Si la société est de type SAS, les associés doivent libérer au moins 50 % du capital social durant la création de l’entreprise.
En effet, pour créer une entreprise, les actionnaires doivent apporter des fonds sous forme d’apports soit en nature (des biens) ou en numéraire, c’est à dire en liquidités. Ces différents fonds, forment le capital social de l’entreprise. En contrepartie, la société ouvre le droit à des titres ou parts sociales pour les actionnaires.
On parle de souscription dans le capital de l’entreprise si les actionnaires s’engagent sur la somme de leurs apports qui sont inscrits dans les statuts de l’entreprise. Toutefois, on parle de libération du capital social si les actionnaires ou associés apportent les fonds d’une façon effective dans l’entreprise.

Que signifie, le capital souscrit appelé ?

Le capital social libéré est aussi appelé le capital souscrit appelé, puisque l’actionnaire est appelé à verser le montant qu’il a souscrit au capital social de l’entreprise.
Le capital pourrait être libérée soit totalement soit partiellement. Néanmoins, les apports en nature doivent être entièrement libérés lors de la création de l’entreprise. Alors que l’apport sous forme de liquidités peut être libéré d’une façon partielle. Donc l’actionnaire peut réaliser un premier versement lors de la création de l’entreprise, suivie par d’autres versements durant des dates fixées dans le statut de la société.

Author: Timothy Martinez

Share This Post On